Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


20/02/2013

Russan - Le débat sur l'incivilité glisse lentement vers d'autres sujets sensibles

Une fois les rapports présentés et votés, le président Bernard Astier a invité l'assemblée à débattre sur un thème risqué : L'incivilité.

Les élus avaient fait, à l'exception de Jean-Paul Boré et de Jacky Raymond, le choix d'arriver à quelques minutes du débat, laissant les rapports moral et financier à ses seuls adhérents.

Mais le jeu en valait la chandelle car en garrigue, le phénomène semble préoccuper même s'il reste marginal « On laisse traîner les bouteilles consommées par terre, on se gare n'importe où on ne s'arrête pas au stop, on ne respecte pas les équipements publics » peste le président du comité de quartier.

AG 3.jpg

Un constat dont chacun a conscience avec quelques variantes. Comme cette personne qui pointe du doigt « ce chien qui ne cesse d'aboyer » ou cette autre qui regrette « ces jeunes qui font du bruit, du gymkana » chemin des Rondes.

Un lieu qui, d'après un témoin, voit désormais stationner une prostituée. Un témoignage qui rendra hilare l'assemblée avant que n'intervienne Laurent Burgoa  « Il faut responsabiliser les parents car l'incivilité est un problème d'éducation que doivent prendre en charge l'Education Nationale et le cocon familial ».

Thierry Procida considère et assume en réponse au laisser-aller supposé. « Si la police fait bien son travail, on ne peut pas en dire autant de la justice » tandis que Jean-Paul Boré se réjouissait de voir les comités identifier les problèmes « Le vivre ensemble ne se décrète pas, il se construit à partir de ces bases là ».

Jusqu'à ce que Jean-Claude Woillet, ancien président du comité ne déclare « il y a plus de civilité que d'incivilité. 80 % des gens sont polis et respectueux. Ne noircissons pas trop le tableau » laissant alors ce thème glisser sur d'autres préoccupations comme la prolifération des sangliers, la rocade nord ou le pont du paratonnerre offrant une fois encore à Laurent Burgoa une sortie inattendue « A cause de ces réboussiers, toujours les mêmes, ce pont va coûter 3 millions de plus ».

La bataille des municipales a bien commencé dans les quartiers...

AG 2.jpg

Les commentaires sont fermés.