Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


24/04/2013

Russan - 25 ans après, Promolive coule toujours des jours heureux

C'est peut-être parce que l'association Promolive baigne dans l'huile d'olive qu'elle a une santé de fer.

Elle vient en effet de fêter ses vingt cinq ans d'existence samedi dernier à l'occasion de son assemblée générale, place de l'ambiance, quartier de Russan.

Depuis ses débuts, l'association n'a cessé de se développer et a entrepris de nombreuses actions dans des domaines aussi différents que la technique, l'économique, le social ou le culturel. En témoignent notamment les démonstrations de taille ou de greffe de l'olivier, l'organisation de festivités autour de journée ou soirée thématique rassemblant  tous les peuples et cultures du bassin méditerranéen.

Elle a organisé également des voyages d'étude en Italie, en Espagne, en Tunisie et dernièrement en Corse. Bref, on le voit, autour de son président Jean-Claude Woillet et ses 220 adhérents, cette structure associative se démène pour promouvoir l'olivier en pays Nîmois.

Promo 2.jpg

L'association a soufflé ses 25 bougies

Et si elle a commencé vingt cinq ans avant par une simple démonstration de taille, elle a fait du chemin et s'est dotée aujourd'hui d'un micro-moulin qui tourne à plein régime « C'est le meilleur micro-moulin de la région en terme de rendement » a dévoilé un administrateur, chiffres à l'appui.

En effet, avec un rendement de 5,80 litres , il peut s'enorgueillir d'être en bonne place. Dix sept tonnes d'olives ont été triturées cette saison pour un bénéfice net de plus de 3800 €.

Installé dans l'ESAT des chênes Verts, co-propriétaire, ce moulin exclusivement dédié à une oléiculture familiale est le cœur de cette rançon du succès. Récemment rénové, il concourt à favoriser cette culture locale et à promouvoir ce patrimoine « 70% des apports d'olives dans les moulins du Gard sont à mettre au compte de passionnés et de petits producteurs.  Ce sont justement ces amateurs qui ont redonné ses lettres de noblesses à l'olivier et ont su en prendre toute la mesure non seulement technique et économique mais aussi sociale, environnementale et culturelle ».

Vingt ans et un peu plus que cette association de défense des intérêts des petits producteurs poursuit son développement sans solliciter de subventions « nous voulons rester indépendant même si nous regrettons l'abandon des pouvoirs publics sur la question ».

Et comme un pied de nez, Jean-Claude Woillet démontre que le pouvoir de l'huile d'olive et la robustesse de l'olivier peut surmonter bien des barrages.

Pour encore 25 ans, espère t-il...

Les commentaires sont fermés.