Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


11/11/2013

Tholozan - La Pierre sèche au menu d'une journée des Consuls de Nîmes

Les Consuls de Nîmes se sont retrouvés avec leurs amis sur le site municipal d'Arkalos, au bout du chemin de Tholozan, en lisière de terrain militaire, pour une journée dédiée à la pierre sèche et à son patrimoine.

Ils avaient fait venir pour l'occasion un spécialiste de renom en la personne de Maurice Roustan, chevalier de la Confrérie des bâtisseurs à pierre sèche, dont la notoriété dépasse désormais nos frontières locales depuis notamment son passage dans l'émission Des Racines et Des Ailes sur France 2.

Une rencontre où les nombreux participants ont bénéficié d'explications poussées et méthodologiques sur ces « abris » typiques de notre région : « La capitelle de Nîmes est de style carré car elle a la forme d'un chapeau de gendarme » explique l'intervenant.

Celle servant d'illustration à cette rencontre, construite sur un rocher, se trouve en parfait état de conservation grâce notamment à l'intervention d'un autre passionné en la personne de Christian Pradès.

Les participants ont également pu apprendre que ces abris « jamais étanches » servaient uniquement à se protéger du soleil et étaient parfois destinés à recueillir quelques travailleurs temporaires : « Ils pouvaient s'y reposer et pour se protéger des courants d'air, ils bouchaient les interstices avec de la terre argileuse ».

Consul 1.jpg

Autre aspect non négligeable, la construction d'une capitelle ne doit pas être hasardeuse et nécessite un savoir faire évident. Ce que confirmera le spécialiste qui a déjà échappé à un effondrement : « Construire une capitelle, c'est un métier. Il y a une technique et les pierres ne sont pas posées au hasard. Une seule peut faire tomber l'édifice ».

Six cent quarante capitelles sont actuellement recensées sur la commune de Nîmes. Un véritable trésor patrimonial dont la protection reste aléatoire : « Il y a parfois des inconscients qui s'attaquent à ces ouvrages d'art » lancera Maurice Roustan, un brin en colère.

Une vigilance donc de rigueur destinée à conserver ce patrimoine et qui n'aura pas laissé insensible le public présent. Lequel a prolongé ensuite ce rendez-vous sur le site du Cheval du Clapas pour une  sardinade.

Histoire de ne perdre aucune miette de cet éclairage très instructif et de sceller peut-être une passion nouvelle chez certains...

Commentaires

joli reportage ! merci !

Écrit par : Julio | 15/11/2013

Les commentaires sont fermés.