Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


 

13/02/2014

Route d'Uzès : Meurtre sauvage en Garrigue

meurtre.jpg

Mercredi 12 février, dans l'après-midi, à Nîmes, le cadavre d’un jeune homme a été découvert. Il s’agirait d’un habitant de Nîmes âgé de 25 ans. Le corps serait en cours d’identification. 

Le cadavre d’un jeune homme a été découvert dans l'après-midi de mercredi 12 février, à Nîmes, au bord d’un chemin de garrigue, situé à la sortie de la ville. Des promeneurs sont à l’origine de la macabre découverte. Le corps serait en cours d’identification. Il s’agirait d’un habitant de Nîmes âgé de 25 ans environ.

Des coups d’une grande violence

La dépouille de ce jeune homme (apparemment natif de Tarascon) présenterait les traces d’une agression d’une rare sauvagerie. Les policiers de la Sûreté départementale du Gard se sont rendus sur les lieux pour réaliser les tout premiers actes d’enquête. Les effectifs de l’antenne de Nîmes su SRPJ ont ensuite pris le relais pour la suite des investigations qui s’inscrivaient dans un cadre criminel. L’homme aurait reçu des coups d’une grande violence qui ont pu lui être portés avec un marteau. L’objet aurait été retrouvé. Par ailleurs, la victime présenterait une blessure à l’arme blanche dans la région du thorax. L’enquête cherche à savoir si une arme à feu a été utilisée.

L'autopsie pourrait être réalisée ce jeudi"

Les causes formelles de la mort seront précisées par autopsie qui pourrait être réalisée ce jeudi 13 février à l’institut de médecine légale de Nîmes. Mercredi soir, les enquêteurs de la PJ tentaient de glaner des indices sur les lieux alors que des badauds n’avaient de cesse de demander à la police municipale ce qu’il venait de se produire.

 

"Il s’est passé quelque chose ?"

En fin d’après-midi, les spécialistes de la police technique et scientifique (PTS) ont enfilé leurs combinaisons blanches pour scruter les abords de ce chemin, situé près de la route d’Uzès. Durant de longues heures, ils ont photographié, réalisé des prélèvements pendant que leurs collègues nîmois tentaient de recueillir dans le voisinage un début de témoignage. "Il s’est passé quelque chose ? Car mon chien a aboyé toute la nuit", indiquait un riverain.

 

Le caractère particulièrement "sauvage" du meurtre

En début de soirée, Stéphane Bertrand, le procureur adjoint de la République de Nîmes s’est déplacé sur la scène de crime pour superviser le démarrage de l’enquête. Le magistrat s’est limité à indiquer qu’il s’agissait manifestement d’un homicide et a confirmé avoir confié l’affaire à la police judiciaire.

Pourquoi il a trouvé la mort dans le fossé d’un chemin de garrigue ?

De source proche du dossier, on soulignait le caractère particulièrement "sauvage" du meurtre tout en indiquant que le décès avait pu survenir entre mardi et mercredi. L’autopsie permettra aux enquêteurs de cerner plus précisément les causes du décès de ce jeune homme. Reste à savoir pourquoi il a trouvé la mort dans le fossé d’un chemin de garrigue.

08:03 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.