Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


28/08/2015

Mas de Roulan : Les Chênes verts ont besoin de 600000 € €!

Il faut emprunter des chemins sinueux pour franchir, au milieu des oliviers, le portail des Chênes verts.

«Un bon moyen de s’autonomiser» pour certains des employés qui travaillent ici, dit Mme Béchard, la
directrice de cet établissement et service d’aide par le travail (Esat) nîmois fondé dans les années soixante-dix.

Situé aux confins du chemin du Mas-de-Roulan, il accueille une cinquantaine de personnes en situation de handicap mental. C’est dans un cadre calme et serein que les moniteurs et le personnel encadrant du centre apprennent à ces personnes à devenir autonome, au travers de la découverte d’un métier.

Les anciens locaux ne sont plus aux normes Des métiers, il y en a quatre à découvrir.

Chacun a son atelier et chaque employé peut profiter d’un passage dans chacun d’eux pour déterminer celui où il souhaite s’épanouir. «Un véritable choix professionnel plutôt qu’une prise en charge », explique la directrice.

Il y a la carrosserie, qui emploie sept personnes, l’atelier dédié aux travaux de jardins et celui pour les activités de services aux entreprises.

Et puis, il y a la biscuiterie. Près de la moitié des membres du centre, une vingtaine, ont choisi de travailler dans cet atelier qui fournit viennoiseries, bonbons et gâteaux dans toute la ville.

Seulement, les locaux ne sont plus aux normes, selon les services vétérinaires, qui réclament une évolution.

L’association s’est donc lancée dans un grand projet, de 400 m2 précisément: « Nous avons décidé de construire un nouvel atelier pour la biscuiterie. Ce n’est pas parce que l’on travaille en Esat que l’on n’a pas le droit d’évoluer dans de bonnes conditions », lancent de concert la directrice du centre et le président de l’association.

La nouvelle biscuiterie, pour laquelle le début des travaux est espéré en 2016, sera en bois, plus écologique, plus grande, chaque machine pourra y trouver sa place et, surtout,
les employés s’y sentiront mieux.

Un dernier point qui tient à coeur à tout le personnel encadrant, qui s’est donné pour mission de « redonner de la dignité à ces personnes par le travail ». Mais l’initiative a un coût: 1,2 million d’euros.

L’association des Chênes verts a pour le moment réuni près de 600000 €, avec la participation de l’Agence régionale de santé à hauteur de 240000 €.

Mercredi, la visite du président du conseil départemental Denis Bouad, à l’initiative des conseillers départementaux du canton Nîmes 1, Marie-Chantal Barbusse et Thierry Procida, a apporté des garanties de soutien politique au niveau régional.

Les particuliers désireux d’apporter à leur tour une aide pourront, eux, le faire dès le mois prochain, via le site internet de l’Esat des Chênes verts.
A. M.

Les commentaires sont fermés.