Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


11/11/2017

Garrigues - La nostalgie du temps des Masetiers

En garrigue, la tradition veut que lorsqu'on se remémore le temps passé, on se réunisse pour l'évoquer.

Car la convivialité a toujours été un élément fondamental dans la vie des masetiers et elle se perpétue encore aujourd'hui grâce notamment aux anciens.

Frappés de nostalgie malgré le progrès et le confort actuel, les discussions vont bon train lorsqu'il s'agit de renouer avec le passé.

Colette Lombardi est la première à ouvrir les échanges sur cette vie en garrigue qu'elle a bien connue : "Il n'y avait pas d'eau, pas d'électricité, pas de routes goudronnées et pourtant, il y avait une grande solidarité entre les masetiers. On chantait, on jouait, on respirait la joie de vivre".

IMG_4469.JPG

Colette explique également qu'elle faisait quatre aller-retours par jour et à pieds pour se rendre à l'école depuis son quartier de La Planette jusqu'à l'école de l'eau Boullie : "Il n'y avait pas de cantine et on rentrait le midi pour manger à la maison".

Autour de la table, d'autres veulent s'exprimer sur cette époque où l'eau était une denrée précieuse : "L'eau a toujours été un problème à Nîmes et on récupérait l'eau de pluie dans des citernes creusées dans le maset qui servaient également de réfrigérateur". Il n'était pas rare d'y trouver une couleuvre" ajoute un autre.

L'eau, qui ruisselait dans les chemins était elle aussi récupérée, il ne fallait surtout pas la laisser filer.

Des citernes étaient installées un peu partout dans la garrigue pour le ravitaillement jusqu'à l'adduction enfin à la portée de tous ou presque, grâce notamment aux comités de quartier.

IMG_4471.JPG

Côté festif, il y avait aussi des guinguettes parsemées çà et là où l'on pouvait se retrouver, acheter des produits, profiter des pains de glace pour mettre au frais le périssable et bien entendu boire un coup ou jouer à la pétanque.

Le temps des Rachalans était déjà plus anciens mais ce sont eux qui ont donné ce caractère si unique à la garrigue.

Le Rachalan venait cultiver une parcelle pour le compte de bourgeois trop occupés en ville.

Ainsi sont nés les clapas, issus des pierres extraites du sol pour y planter les oliviers et autres pieds de vigne.

Et puis, petit à petit, la capitelle qui servait d'abris était accolée d'un deux pièces.

Ainsi est né le Maset.

La Garrigue a depuis changée de physionomie mais l'esprit des rachalans plane encore et planera pour longtemps dans ce havre de quiétude que tous veulent conserver.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.