Accueil Nîmes Garrigues Nord | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


23/05/2017

Croix de Fer - Une capéa de paseo en cadeau pour El Rafi

 

Le jeune torero Raphaël Raucoule plus connu sous le nom de El Rafi était au New Bon Coin dernièrement non pas pour boire un verre, quoique, mais surtout pour recevoir des mains de l'artiste brodeuse Nathalie Chaubet, une capéa de paseo.

Un grand moment de tauromachie dans l'arène de ce bar tenu par le patron aficionado Emmanuel Diaz où l'émotion a pris le dessus sur la passion.

L'artiste a présenté au jeune torero son œuvre et en a détaillé les plus secrets détails sans jamais en dévoiler la signification ultime.

image000000.jpg

Un secret en sorte qui, dans le milieu souvent superstitieux, doit garder tout son mystère.

Cette œuvre d'art, à la lumière de la stupéfaction de l'édile et du public, en a émerveillé plus d'un.

Vu le parcours prometteur du jeune El Rafi et devant la beauté extrême de cet ouvrage, de nombreuses arènes devraient voir briller cette capéa juste avant de voir s’enflammer l'élève du Centre Français de Tauromachie qui d'ailleurs a remporté le mois dernier, le 24e trophée Nimeno II.

17/05/2016

Jean Bouin - Féria pluvieuse mais heureuse à Serre Cavalier

 

« Un pareil temps remonte à quatre ans ». Voilà le constat dubitatif d'un cadre du centre de gérontologie qui a dû se démener avec ses équipes pour bouleverser le programme de la Feria et transférer les résidents et visiteurs à l'intérieur.

Car la météo n'aura pas été de la partie mercredi 11 mai, pour cette nouvelle édition de cette Feria de Serre Cavalier.

Pourtant les arènes mobiles étaient bien installées, celles-là même qui auraient dû accueillir une capéa l'après-midi.

Après le constat amer, il fallait bien se rendre à l'évidence et faire bonne mine.

IMG_1284.JPG

En suivant les effluves de la gigantesque paëlla et en se laissant porter par le son de la peña qui jouait des airs enjoués, on devinait alors qu'il se passait bien quelque chose de festif, comme un pied de nez au ciel maussade.

Le soleil était en effet à l'intérieur du pavillon central, dans le cœur des nombreux participants qui écoutaient les musiciens et suivaient les pas endiablés des belles Sévillanes.

Le ton était donc donné pour passer une feria comme le veut la tradition, la plus festive possible.

Une feria d'automne aux portes de l'été...

11/05/2016

Jean Bouin - Aujourd'hui Serre Cavalier lance aussi les festivités

 

Après l'Abrivado du quartier de La Croix de Fer, c'est au tour du Centre de Gérontologie de Serre Cavalier d'entrer en Féria.

C'est en effet à l'heure espagnole que va vivre le centre ce mercredi avec de multiples animations comme une Peña, des démonstrations de sévillanes et une capéa dans les arènes mobiles.

Cette année encore, les personnels du centre, en partenariat avec la Ville de Nîmes, la Ville de Beaucaire, l’association des Amis de Serre-Cavalier, le Comité hospitalier, Nîmes Métropole et l’AVMEH, seront sur la brèche pour assurer le succès de cette manifestation, cette journée de convivialité et de joie au profit des résidents du centre.

Le programme s’étalant sur toute de la journée sonnera comme un coup d’envoi de la Feria de Nîmes.

668744834.jpg

Ouverte à toutes et à tous, cette animation est l’occasion pour les riverains et l’ensemble des Nîmois de venir découvrir le centre, rencontrer les résidents et tisser pour l’occasion des liens intergénérationnels.

Au programme : 10h30 / 12h00 : Ambiance musicale, avec la Peña l’Occitane, chevaux de Camargue, démonstration équestre, 12h30 : Repas spécial Féria, spectacle Sévillane par l’école de danse Amapola, 14h30 / 16h30 : Capea par les écoles taurines, démonstration équestre.

Ouvert à tous.

 

04/05/2016

Croix de Fer- Avis aux attrapaïres et festaïres !!

Nouvelle image.jpg

04/04/2016

Garrigue Nord - Nouveau Président au Comité de quartier

Nouvelle image.jpg

05/10/2015

Croix de Fer - Communiqué du comité de quartier

Nîmes

Croix de Fer- Le comité de quartier s'exprime sur la Fresque qui fait polémique

Il n'était pas encore intervenu malgré le tollé général. C'est fait, le comité de quartier de la Croix de Fer, par la voie d'un communiqué, se prononce sur l'affaire de la fresque de l'école Prosper Mérimée : « Le Comité de Quartier de la Croix de Fer est indigné par cet événement : la destruction d’une fresque enfantine réalisée il y a presque 10 ans par les élèves de l’école primaire Prosper Mérimée dans le cadre d’un projet pédagogique représentant les monuments Nîmois dont les arènes de Nîmes, un toro et un toréro. A première vue on pourrait penser que c’est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Et bien non, la symbolique de cette action n’est pas anodine du tout mais résulte d’un désir immodéré d’un groupuscule de gens afin d’imposer leurs lois. Sous la pression de l’alliance anti corrida, et quasi clandestinement, l’intérieur de cette fresque a été repeint faisant ainsi disparaître le toro et le toréro laissant une arène vide. Tous les acteurs de cette affaire sont à déterminer et vu la gravité de cet événement nous laisserons les instances en charge démontrer les responsabilités de chacun. Il nous apparaît que la liberté d’expression a été bafouée, ce qui est inacceptable. Ce qui nous a touché et ému c’est que les enfants qui ont réalisé cette œuvre, ainsi que le corps enseignant, ont été instrumentalisés à leur dépend, ce qui est inadmissible. Nous ne pouvons pas accepter que dans notre école publique nous puissions, par crainte d’on ne sait qui ou d’on ne sait quoi, nous soumettre à des diktats. Nous, Comité de quartier de la Croix de Fer, demandons que tous les débats idéologiques, philosophiques, politiques et autres divergences n’instrumentalisent ni n’utilisent notre école publique, nos enfants, nos habitants ou notre quartier. Nous, Comité de Quartier de la Croix de Fer, demandons  au nom de la neutralité et de la liberté d’expression, que cette fresque soit remise dans son état d’origine »
                                      
                                                                                

02/10/2015

Croix de Fer - Fresque dans une école de Nîmes : les aficionados alertent François Hollande

L'observatoire national des cultures taurines a écrit à la présidence de la République, au Premier ministre et à la ministre de l'Education Nationale pour demander que la fresque à sujet taurin qui a été modifiée, dans la cour de l'école Prosper-Mérimée, soit restaurée dans sa présentation originale.

Le feuilleton de la fresque de l'école Prosper-Mérimée de Nîmes, représentant une scène de corrida naïve dessinée par des enfants il y a près de dix ans et qui a été modifiée sur la pression d'anticorrida, a connu un nouvel épisode ce vendredi matin.

 

les-representants-des-differentes-associations-et-comites-de_1604823_667x333.jpg

À l'heure des cours, un tract a été distribué aux parents d'élèves. Il est à l'origine de l'observatoire national des cultures taurines. Ce tract, qui a reçu, selon ceux qui l'ont distribué, un accueil favorable de la part des parents d'élèves, dénonce l'acte de censure que représente la modification du dessin. On apprend aussi "qu'au nom de la liberté d'expression et de la pluralité culturelle qu'il est indispensable de préserver", l'observatoire national des cultures taurines avait alerté François Hollande, le Président de la République; Manuel Valls, le Premier ministre ; Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation Nationale. L'ONCT leur demande "que cette fresque soit restaurée dans sa présentation originale afin de ne pas imiter, si peu que ce soit, les déprédations déplorables des talibans à l'égard du patrimoine artistique".

Clubs taurins et comités de quartier solidaires

L'observatoire national des cultures taurines a bénéficié, à cette occasion, du soutien du club taurin Vomitoire 105 (représenté par Christian Royer, son président), des aficionados practicos (représentés par Jean Daumas et Alain Zahnd), du collectif des associations taurines de Nîmes métropole. 

Ils ont été rejoints par des représentants des comités de quartier de la Croix de fer et de Ventabren qui, selon Jean Guiu, le président du comité de quartier Ventabren, se placent, pour leur part, "dans une démarche culturelle et de liberté d'expression".

 

Le communiqué de l'Observatoire national des cultures taurines

"La détérioration délibérée, à la demande des services départementaux de l’Éducation Nationale du Gard, dont a été victime la fresque à sujet taurin de l’école Prosper-Mérimée de Nîmes, est un acte de censure qui revient à nier la réalité d’une culture incontestablement ancrée dans l’histoire et le présent de la région et de la ville de Nîmes et donc à heurter gravement la sensibilité de ceux qui y sont attachés.

La suppression des figures du torero et du toro, sur l’injonction d’une association extérieure à l’école, et sans consultation de la communauté scolaire, constitue d’abord une marque de mépris à l’égard des élèves et des enseignants qui ont imaginé ou réalisé ce dessin.

Dans cette “logique”, faut-il s’attendre à ce que les mêmes services débaptisent cette école puisque Prosper Mérimée a fortement contribué à l’introduction de la corrida en France ?

Faut-il s’attendre à ce que ces mêmes services ne soient enclins à empêcher que les élèves aient accès aux œuvres tauromachiques de Picasso ou de Goya, aux textes d’Hemingway ou de Mérimée, à l’opéra de Carmen et à interdire que des enseignants les emmènent au Musée des cultures taurines de Nîmes ?

Qu’en sera-t-il alors du message de Voltaire contre l’intolérance et pour la liberté d’expression, message dont l’Éducation nationale a rappelé, avec raison, à l’occasion du drame de Charlie Hebdo, qu’il constituait une de valeurs fondamentales de la République ?

L’Observatoire national des cultures taurines, au nom de la liberté d’expression et de la pluralité culturelle qu’il est indispensable de préserver, alerte ce jour Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, Madame la ministre de l’Éducation nationale et leur demande que cette fresque soit restaurée dans sa présentation originale afin de ne pas imiter, si peu que ce soit, les déprédations déplorables des talibans à l’égard du patrimoine artistique."